TGB Blade 550 SE EPS : papy fait de la résistance

757

Pourquoi changer une formule payante ? C’est la question que se sont posé les dirigeants de la société Delta Mics à l’heure de supprimer du catalogue un solide représentant de leur gamme, à savoir le Blade 550. En réponse, ils l’ont conservé dans une unique version SE EPS, située entre le 470 et le 600, pour proposer un engin polyvalent avec un bon rapport qualité/prix, sachant qu’il est disponible contre 7 590 €. 

Le changement a souvent du bon ! Mais il est parfois nécessaire de ne pas tout changer. Pour ne pas chambouler les habitudes et miser sur des éléments largement éprouvés, TGB a décidé de conserver l’un de ses piliers de gamme, à savoir le Blade 550. Pour de nombreux utilisateurs qui ont évolué vers une cylindrée supérieure (600 voire 1000), il avait fait son temps, il n’avait pas évolué assez vite et assez loin. Mais il repose sur un solide savoir-faire et a su tirer profit au fil des années des meilleurs ingrédients de la gamme Blade. Dans le catalogue TGB, il ne reste donc qu’un Blade 550, à savoir la version SE EPS. Il est disponible aujourd’hui en deux coloris, à savoir gris/bleu ou noir/jaune. Deux modèles qui ont conservé le design de la dernière génération 550, avec intégration de la technologie LED au niveau de la signature lumineuse. Ce modèle est animé par un monocylindre de 503 cm3 alimenté par un système à injection Siemens. Il est associé avec une transmission de type classique, avec variateur automatique disposant des gammes courte, longue et d’une marche arrière. La transmission finale est effectuée par cardans.

Ce modèle 4×4 est doté d’un blocage de différentiel du pont avant permettant d’être plus performant dans les zones de franchissement. Au niveau de la suspension, on retrouve à l’avant et à l’arrière des amortisseurs réglables air/huile, un système classique sur ce type de baroudeurs de milieu de gamme. Au niveau équipements, le Blade 550 propose l’essentiel pour disposer d’une grande polyvalence et de quelques éléments pour accroître l’agrément. Cela se traduit par la présence de la direction assistée trois modes, avec possibilité de déconnecter complètement cette assistance. Il est également équipé de série de porte-bagages avant et arrière, d’un treuil, d’un bumper avant et d’une boule d’attelage. On trouve aussi des protège-mains et des jantes alu noires.

Une petite ligne de LED souligne d’ailleurs les feux lenticulaires, ce qui contribue à donner un effet plus moderne. Pour le passager éventuel, a été installé un dosseret spécifique avec poignées de maintien au niveau du porte-bagages arrière. Le marchepied passager assure un bon grip, avec un revêtement adapté. Côté pratique, ce modèle dispose d’une trappe d’accès au radiateur à démontage rapide. De quoi permettre un entretien plus simple et rapide. C’est l’un des points forts de ce quad, à savoir la simplicité, dans la conception mais aussi dans la prise en main. C’est ce que nous avons pu une nouvelle fois vérifier sur les chemins de Bourgogne. 

Le Blade 550 de chez TGB, nous le connaissons par cœur, pour avoir roulé des centaines, voire des milliers de kilomètres à son guidon, qu’il s’agisse du modèle court SE, de la version biplace LT, des déclinaisons avec ou sans direction assistée, avec amortisseurs Evo… Depuis l’arrivée sur le marché du Blade 600, il faut bien avouer que l’on avait un peu délaissé ce modèle, longtemps pilier du catalogue TGB. C’est avec une certaine curiosité que l’on a repris les commandes de ce quad, dont on connaît le potentiel mais aussi les limites. La première chose qui frappe en prenant place, c’est la facilité d’accès et la position de conduite très naturelle, avec un dos bien droit et les genoux pas trop écartés. Même si l’ensemble ne respire pas la modernité, la qualité d’assemblage est bonne et les ajustements satisfaisants. A 7 590 €, il a peu de concurrents à affronter. CFMOTO a abandonné le CFORCE 550 au profit du 600, le 520 est un cran en-dessous, tandis que Hytrack n’évolue pas au même niveau. Une fois démarré, le monocylindre de 503 cm3 à injection nous rappelle des souvenirs.

La sonorité est facilement reconnaissable et accompagne bien le caractère de cette machine. Ce moteur n’a pas évolué et conserve toujours la même volonté, même s’il éprouve quelques difficultés au niveau des relances sur terrain escarpé. C’est ce que nous avons pu mesurer à nouveau sur les chemins de Bourgogne, où l’on peut trouver un peu de relief. Ce ne sont clairement pas les terrains à privilégier avec ce modèle, plus à l’aise sur des chemins plus roulants. Pour les zones accidentées, dans lesquelles le Blade 550 SE EPS conserve une belle maîtrise, le blocage de différentiel du pont avant constitue un dernier recours précieux. Dans ces conditions moins exigeantes pour la mécanique, on perçoit que le quad associe à merveille qualité dynamique et confort grâce à une suspension très efficace. Le travail des amortisseurs offre en effet un agrément de roulage permanent. La suspension filtre bien les irrégularités présentes sur les chemins, ce qui réduit la fatigue tout en augmentant l’agrément de conduite. Ce d’autant plus qu’il est équipé de la direction assistée. Cela se traduit par une direction assez souple et une bonne précision. A l’usage, on utilise uniquement deux modes, le fait de déconnecter la DA n’étant pas une priorité. Pour avoir roulé récemment avec des machines de plus de 500 cm3 sans direction assistée sur longue distance, on apprécie d’autant plus cette assistance technique. Signe de vieillesse ou recherche constante de confort, la direction assistée apparaît utile, voire indispensable sur un baroudeur. Sur cette machine, l’ergonomie a été bien pensée, tout est simple et efficace.

Le sélecteur de rapports, par exemple, n’est pas le plus précis dans le verrouillage des vitesses, mais il tombe bien sous la main. Gamme courte, gamme longue, marche arrière, tout paraît intuitif dans le changement de vitesses. En fait, ce Blade mise sur l’efficacité. C’est le cas aussi quand on pense aux porte-bagages avant et arrière de type tubulaire. Ils n’ont pas l’agrément visuel des modèles avec revêtement spécifique des dernières créations sur le marché, mais l’essentiel, à savoir la capacité de chargement, est bien présente. Attention à ne pas surcharger ces supports, car cela pourrait réduire le niveau de performances, qui on le rappelle, n’est pas le point fort de ce quad taïwanais. Le freinage de son côté est efficace, avec une machine qui reste bien en ligne quand on actionne les leviers de frein ou la pédale. Malgré les années qui passent, l’avènement du Blade 600, le 550 reste encore dans le coup. D’autant plus car son prix reste attractif, situé en-dessous de 7 600 €, ce qu’il fait aujourd’hui, il le fait plutôt bien. 

FICHE TECHNIQUE
Moteur
Type : Monocylindre 4 temps 
Cylindrée : 503 cm3 
Transmission
Type : Variateur automatique, gammes courte, longue + marche arrière
Schéma : 4×2, 4×4 + blocage différentiel avant
Finale : Cardans 
Direction
Assistance : Oui 
Partie cycle
Suspension AV/AR : Indépendante + amortisseurs
Débattement AV/AR : nc
Freins AV : 2 disques hydrauliques
Freins AV : 2 disques hydrauliques
Pneus AV : 25×8–12 
Pneus AR : 25×8–12 
Dimensions/Poids
L x l x h (mm) : 2200 x 1240 x 1230
Empattement : nc 
Garde au sol: 240mm
Poids : nc
Capacité du réservoir : 18 litres 
Capacité de chargement : nc 
Capacité de traction : nc 
Equipements
Protège-mains, signature LED, porte-bagages arrière, attelage, treuil. 
Renseignements
Prix TGB Blade 550i SE EPS : 7 590 €
Homologation : T3 (60 km/h) 
Coloris : gris/bleu, noir/jaune 
Contact : www.tgb-motor.fr 
Article précédentSegway a bien préparé 2023
Article suivantCFMOTO « prêt à s’adapter et à réagir »