Le cas du frein moteur chez Polaris

691

Chez Polaris, il existe deux systèmes bien distincts disponibles sur les machines haut de gamme notamment. Il s’agit de l’EBS et de l’ADC. On vous explique ce qui fait la particularité de ce système cher au constructeur américain. Polaris est un géant du tout terrain. Il a développé des technologies pour aller toujours plus loin. L’EBS (Engine Braking System), c’est le frein moteur, qui permet une assistance moteur au freinage dès que l’on relâche l’accélérateur. L’ADC, pour « Active Descent Control », c’est le frein moteur dans le pont avant. Il agit sur les roues avant. Pour qu’il puisse fonctionner, il faut placer le modèle en 4 roues motrices, sélectionner la position ADC avec le bouton approprié et situer la vitesse en-dessous de 25 km/h. L’EBS est un frein sur le variateur, dans la mesure où il limite l’effort sur le pont avant en ralentissant les roues arrière. L’EBS est présent seul sur certains modèles de Ranger spécifiques. Mais il est en général disponible avec l’ADC, comme par exemple sur les 1000 Sportsman ou Scrambler et certains SSV. Grâce au système de freinage moteur (EBS) unique, le moteur assiste le freinage sur les pentes et les pentes raides. L’EBS à double détection Polaris détecte à la fois le régime du moteur et la charge de couple du véhicule, pour un changement de vitesse supérieur. L’EBS est standard sur certains modèles et c’est un accessoire disponible pour tout quad automatique Polaris passé ou présent. L’EBS est un type d’embrayage spécial conçu pour ralentir votre machine lorsque vous relâchez l’accélérateur. Les non-EBS sont exactement le contraire. Dès que l’on relâche l’accélérateur, la machine roule librement, autrement dit « roue libre » et il faut compter uniquement sur les freins pour ralentir le véhicule. Il faut conserver un filet de gaz pour disposer d’un frein moteur et cela n’est clairement pas naturel. L’EBS est particulièrement impressionnant lorsque vous utilisez un quad pour tirer de lourdes charges, aborder une pente enneigée par exemple, car il rend le véhicule plus stable sous tout ce poids supplémentaire. C’est l’un des points forts des quads (ou SSV) équipés d’un frein moteur, cette capacité à aider le véhicule en descente mais aussi pour apporter un soutien efficace lors des travaux.

De son côté, l’ADC exige 4 signaux électriques pour fonctionner. La sonde de position de commande d’accélération doit être dans la position off, le commutateur d’entraînement des 4 roues motrices doit être en position on, la vitesse de véhicule doit être en dessous de 24km/h et la transmission doit être en positionnant marche avant ou arrière. Le commutateur AWD envoie la puissance à un rouage d’entrainement situé sur la fin de l’axe avant dans un boitier qui comporte également un module de commande électronique de ce rouage d’entraînement spécifique. Quand les conditions sont remplies, le rouage active et engage par magnétisme une came. Le système de came conduit alors les pistons qui produisent à leur tour de la pression hydraulique contre un ensemble d’embrayages situés des deux côtés de l’axe avant d’entraînement. Quand les embrayages sont engagés, la puissance de freinage est appliquée aux deux roues avant. Plusieurs modèles de la gamme Ranger disposent de ces atouts. Ainsi équipés, les quads et SSV Polaris apportent un sentiment de sécurité au pilote et augmentent sensiblement l’efficacité de la machine. Par exemple, le Ranger Diesel dispose de l’ADC et de l’EBS qui permet de conserver une bonne maîtrise de la machine, même dans les pentes raides, avec la benne chargée au maximum, à savoir 454 kilos de marchandises et avec une remorque attelée.

Article précédent1001 Quads sur tous les terrains
Article suivantLe Monde Du Quad 217