Essai longue durée du Yamaha RMAX 1000

952

Le paysage du SSV français a sensiblement évolué ces dernières années, avec des engins de plus en plus puissants, de plus en plus larges, de plus en plus chers aussi. Il existe pourtant une autre voie, celle de la polyvalence. Outre le sportif YXZ1000R, Yamaha dispose dans sa gamme d’un modèle plus homogène, à savoir le RMAX 2 1000 SE, que l’on avait pu tester lors du dernier Raid Bleu et que nous avons également pu mettre récemment à l’épreuve lors du Yamaha Offroad Experience (https://www.amada-aventure.com/produit/yamaha-offroad-experience/) au mois de mars 2022. Le point commun entre ces deux événements, c’est le lieu de départ et d’arrivée, à savoir le village de Régnié-Durette dans le Beaujolais. Alors que le Yamaha Offroad Experience en est à ses débuts (très prometteurs), le Raid Bleu est un rassemblement d’envergure depuis plus de 30 ans, qui permet d’avoir une photographie assez fidèle du marché du quad vu par les gros rouleurs. Cette année encore sur le Raid Bleu, nous avons pu voir que le SSV prend de la place, de plus en plus même sur le site de départ et sur les chemins. À se demander si ces derniers seront bientôt assez larges… Certains modèles apparaissent parfaitement taillés pour les pistes que l’on rencontre en France. C’est le cas du Polaris Trail S 1000 ou du General, du Can-Am Maverick Sport, du CFMOTO ZFORCE Sport ou du Segway SX10X étroit, mais aussi du Yamaha RMAX 2 1000. C’est ce dernier que nous avons eu le plaisir de mettre à l’épreuve lors du dernier Raid Bleu. Nous avions eu une agréable surprise lors de la prise en main de cette machine. Elle s’est confirmée à l’occasion du Yamaha Offroad Experience.

Connaissant les standards élevés de la marque japonaise, rien n’avait été laissé au hasard. C’est l’impression que laisse cette nouvelle version SE. Une fois encore sur une production Yamaha, les matériaux paraissent de qualité, les ajustements sont précis, à l’image de ce que l’on trouve dans l’habitacle. Ce SSV se distingue par l’intégration du bicylindre de 999 cc, le plus puissant de la gamme Yamaha. Ce moteur est associé avec une transmission Ultramatic qui reste une véritable référence en termes d’efficacité et de fiabilité. Pour réduire les vibrations, le moteur a été calé à 270° et l’arbre d’équilibrage a été monté sur Silentblocs. Trois modes d’évolution sont disponibles, avec le choix entre Sport, Crawl et Trail, selon que l’on veut adapter une conduite sportive, orientée vers le franchissement ou intermédiaire. Sa largeur de voies de 168 cm est sans doute celle maximale pour les chemins que nous trouvons chez nous. La suspension est confiée à des roues indépendantes contrôlées par des amortisseurs Fox QS3 réglables selon 3 positions, qui disposent de 361 mm de course à l’avant et 337 mm à l’arrière.

Le RMAX 2 1000 SE dispose de nouveaux triangles de suspension, avec des bras inférieurs incurvés permettant d’augmenter la garde au sol, qui avoisine les 340 mm, offrant une belle marge de manœuvre dans les zones de franchissement. Dans l’habitacle, on remarque également tous les efforts entrepris pour disposer d’un intérieur à la fois pratique et rehaussé d’un d’un petit côté racing. On perçoit tout de suite le savoir-faire du constructeur japonais et le souci du détail apporté par ses concepteurs. L’accès à bord est parfait, les sièges redessinés sont réglables et confortables, le tableau de bord à LED bleues est élégant, lisible et complet. La position de conduite est parfaite, avec un dos assez droit, une belle vision vers l’avant et sur les roues, les nouvelles ceintures à 6 positions sont rassurantes sans entraver la liberté de mouvement. Ce RMAX dispose de nombreux espaces de rangement et l’on perçoit tout le potentiel de ce SSV qui peut être doté de nombreux accessoires. On pense notamment à la possibilité de disposer de plusieurs interrupteurs au niveau de la planche de bord, de celle d’intégrer un système de haut-parleurs…. De série, ce RMAX est plutôt bien doté, avec la direction assistée, les pneus Terache Stryker de 30 pouces associés à des jantes alu, le treuil Warn avec sa capacité de 2 tonnes, la benne basculante. Aucune fausse note dans la présentation de cette machine, qui semble être le bon compromis pour un SSV loisir. Il constitue une notable progression par rapport au Wolverine premier du nom, en termes de puissance, de design et d’efficacité. 

La puissance n’est pas tout, surtout actuellement. De nombreux modèles de SSV chez Polaris, Can-Am ou Yamaha dépassent désormais les 100 chevaux. C’est le cas du RMAX 1000 SE dont nous disposions sur le Raid Bleu. Les relances sont franches et l’on perd de vue rapidement le poids affiché sur le papier. Au niveau de la gestion moteur, nous avions choisi le plus souvent le mode intermédiaire, qui permet d’avoir un excellent compromis avec des relances franches mais sans les à-coups qui accompagnent le mode Sport. Sur la plupart des terrains, le RMAX a montré un visage très séduisant. C’est une question d’équilibre des masses et le RMAX est conçu de manière optimale, avec beaucoup de plaisir et de sensations éprouvés au volant. Ce sentiment est renforcé par une position de conduite parfaite, assez haute. Cela permet d’avoir un champ de vision optimal dans les zones techniques. Un domaine dans lequel le RMAX excelle. Ce n’est pas une surprise, Yamaha étant passé maître dans l’art du tout terrain, avec un quad – le Grizzly 700 – qui fait toujours référence en termes d’agilité et de performances quand les conditions se dégradent. C’est également le cas au volant du RMAX que l’on n’attendait quand même pas à un tel niveau.

On l’imaginait plus pataud, moins réactif. Et il faut reconnaître que l’aspect dynamique a été privilégié. Le centre de gravité, que l’on imaginait plus haut, est en fait parfaitement positionné, de sorte que la machine conserve le cap, même quand le rythme s’élève. Il a tendance un peu à sous-virer, mais il faut reconnaître l’apport précieux de la barre stabilisatrice à l’avant. La direction assistée contribue au plaisir de conduite, voire de pilotage quand on hausse la cadence. Elle se montre précise, douce et participe au plaisir d’être à bord. Il est renforcé par le bon travail des amortisseurs, qu’il s’agisse d’encaisser les trous et bosses rencontrés sur la Piste du Gaz ici, les irrégularités de la montée des racines là, compenser les mouvements de caisse sur les chemins griffés par les ornières plus loin… Bref, les amortisseurs Fox QS3 assurent un bon travail dans la plupart des circonstances. A ce niveau, on perçoit rapidement que tout est sous contrôle. Les gros pneus améliorent la garde au sol, qui est déjà intéressante de base, mais ils ne sont pas un gage d’efficacité en termes de motricité et d’agrément. Le seul problème que nous avons rencontré au cours de notre périple de près de 600 kilomètres, c’est une crevaison. Elle s’est produite au niveau du flanc du pneu après un passage un peu musclé dans une zone parsemée de nombreux cailloux affleurants et tranchants comme le coutelas de Rahan.

C’est le seul souci que nous avons rencontré au cours de ce Raid, qui, sans être extrême, met les mécaniques à contribution, selon le rythme adopté. Nous avons été agréablement surpris par la polyvalence de ce RMAX 1000 SE, à bord duquel pilote et passager peuvent échanger sans problème, malgré un bruit à l’intérieur qui pourrait être amélioré. En termes de comportement, la marge de progression est en revanche réduite, avec un engin fort bien évolué. Son frein moteur permet en outre un contrôle optimisé de cet engin. Ces impressions ont été confirmées lors du Yamaha Offroad, qui présentait un parcours moins exigeant en termes de kilomètres et de difficulté, même s’il empruntait des parties communes. Proposé à 28 999 €, le Yamaha RMAX 2 SE est clairement positionné sur le segment SSV loisir haut de gamme. En termes de prix, de performances, de qualité et de prestations. Ce SSV récréatif de la firme japonaise a tout pour plaire, sans avoir à rougir de la comparaison avec ses principaux rivaux, que sont le Can-Am Maverick Sport et Polaris General 1000 EPS ou RZR Trail S.

Pour en savoir plus sur le Raid Bleu et le Yamaha Offroad Experience :

Raid Bleu : https://www.amada-aventure.com/voyages/france/raid-bleu-beaujolais/

Yamaha Offroad Experience : https://www.amada-aventure.com/produit/yamaha-offroad-experience/

Fiche technique
MOTEUR
Type : bicylindre en ligne, 4 temps 
Cylindrée : 999 cm3 
TRANSMISSION
Type : variateur automatique Ultramatic, gammes longue et courte + MA 
Schéma : 4×2 / 4×4 + blocage différentiel avant 
Finale : cardans 
DIRECTION
Assistance : oui 
PARTIE CYCLE
Suspension Av : indépendantes + amortisseurs Fox QS3 + barre stabilisatrice 
Débattement Av : nc 
Suspension Ar : indépendantes + amortisseurs Fox QS3 
Débattement Ar : nc
Freins Av : disques à commande hydraulique 
Freins Ar : disques à commande hydraulique 
Pneus Av : 30 x 10-14
Pneus Ar : 30 x 10-14 
DIMENSIONS / POIDS 
L x l x h (mm) : 3255x1677x2110 
Empattement : 2 290 mm 
Garde au sol : 340 mm
Poids : 930 kilos
Capacité du réservoir : 35 litres 
Capacité de chargement : 272 kilos 
Capacité de traction : 907 kilos 
RENSEIGNEMENTS
Prix Yamaha RMAX 2 1000 SE : 28 999 € 
Homologation : T1b / 60 km/h
Contact : http://www.yamaha-motor.eu/fr

Article précédentLe nettoyeur haute pression sans fil Draper D20 à l’essai
Article suivantUn coffre offert pour l’achat d’un Snarler