Occasion : le Kymco MXU 465 a de la ressource

939

Malgré son gabarit compact, le Kymco MXU 465i est une machine polyvalente, capable d’alterner entre tâches utilitaires et des randonnées moyenne distance. Un quad taïwanais qui a connu finalement peu de problèmes, ce qui explique sa rareté sur le marché de l’occasion. Pour faire ses premiers tours de roue avec un quad, autant commencer avec une machine éprouvée. Histoire de prendre ses marques sereinement et ne pas trop avoir à se soucier de la fiabilité générale. La gamme Kymco dispose à cet égard de nombreux modèles pour débuter en douceur et en mettant de nombreux arguments en avant. Rares sont les problèmes récurrents rencontrés par les utilisateurs avec cette machine. Pour Gilles Becker, de Kymcolux, quelques points méritent d’être considérés avec attention avant de céder à la tentation. Pour lui, « la boite à air est difficile d’accès, et si le filtre à air a mal été remonté, la saleté rentre et le moteur en souffre très vite. Cela se manifeste par une perte de compression avec éventuellement le besoin de remplacer piston et cylindre ». C’est un premier élément à vérifier sur un modèle d’occasion, en interrogeant le vendeur si c’est un particulier sur ses habitudes d’entretien et ses pratiques. Un examen est également vivement conseillé. Ce professionnel a relevé aussi « quelques cas de correcteur de couple voilés sur des véhicules « matraqués ». Cela se traduit par des à-coups en roulant. Cela peut se terminer avec une courroie de transmission cassée ». En occasion, ce modèle apparaît comme une valeur sure, dans sa conception ou dans sa fabrication.

Pour Thierry, qui roule occasionnellement avec ce modèle depuis début 2017, a été confronté à peu de soucis. Tout juste explique-t-il avoir rencontré « un problème d’usure de joint de pompe à essence qui avait été pris en charge avec la garantie ». Il confirme la nécessité de dépoussiérer le filtre à air après chaque sortie sur des chemins secs. C’est le cas pour lui qui roule essentiellement du printemps à l’automne dans le Sud de la France. Bruno est un autre utilisateur de ce quad, avec lequel il a effectué plus de 3 000 kilomètres depuis son acquisition en 2018. Il se félicite aujourd’hui de son choix. « Ce n’est pas la machine la plus puissante, ni la plus confortable du marché, c’est évident. Mais pour avoir testé d’autres quads de cylindrée équivalente, il y a de quoi se faire plaisir avec le MXU 465i ». Il explique avoir notamment été conquis par le comportement du moteur. « Pour moi, c’est l’un des meilleurs de sa catégorie. Il n’est pas au niveau du moteur excellent du Yamaha Grizzly 450, mais c’est vraiment un monocylindre intéressant ». Évolution du MXU 400, le MXU 465i a hérité du moteur 449 cm3 très performant du Maxxer 450, qui a longtemps fait figure de référence sur le segment. Il se caractérise aussi par son comportement dynamique, avec un côté joueur et agile.

Assez confortable, il permet d’envisager des sorties moyenne distance l’esprit serein. Les utilisateurs apprécient également son faible niveau de consommation, le réservoir de 15 litres permettant selon Bruno, par expérience, de parcourir entre 130 et 140 kilomètres en roulant tranquille. Avant de tempérer : « Bien entendu, cela peut varier sensiblement si l’on décide d’attaquer. Mais ce n’est mon style de conduite et j’ai plutôt envie de profiter des paysages du Sud-Est de la France plutôt que de « taper » dans la mécanique ». Répondant aux normes de l’homologation L7e Euro4, le 465 est un modèle 4 roues motrices, avec différentiel avant à blocage électrique. En Euro4, il dispose aussi d’un différentiel arrière. Cela renforce la polyvalence de ce quad taïwanais qui dispose d’un bon rayon d’action. Pour les zones accidentées, il met en avant la gamme courte et la transmission 4×4 débrayable électriquement. « On ne peut pas cantonner le MXU 465i aux seules tâches utilitaires, explique Thierry. Il est assez plaisant à prendre en main et très accessible aussi. Cela arrive que ma femme le conduise quand je prends la moto d’enduro. C’est justement lors d’une sortie avec elle que l’on avait connu un problème au niveau de la pompe à essence. Cela avait été pris en garantie, malgré le fait qu’il s’agissait d’un problème d’usure ». Pour lui, un élément peut être amélioré, à savoir la stabilité. Pour « le rendre plus sécurisant et efficace dans les dévers et les virages », il conseille d’installer « des élargisseurs à l’arrière et à l’avant ». Disparu du catalogue en 2019, le MXU 465i constitue un achat de raison, capable de séduire de nombreux utilisateurs par sa facilité de prise en mains et son niveau de performances, qui va bien au-delà des simples apparences.

Article précédentOpération exceptionnelle chez Segway
Article suivantDe belles expériences avec Can-Am