Le Polaris Scrambler XP 1000 promet beaucoup

473

Le Polaris Scrambler XP 1000 est un modèle hors du commun. Il a peu d’équivalent sur le segment des gros baroudeurs. Le seul qui puisse tenir la distance face à ce colosse américain, c’est le Can-Am Renegade 1000. Mais la version X xc du géant canadien est très difficile à exploiter. Il faut en effet un important bagage technique pour parvenir à exploiter le Renegade à 100 %. Difficile de passer la puissance au sol avec cet engin redoutable. Le seul à pouvoir rivaliser face à ce monstre en termes de puissance, c’est donc le Polaris Scrambler XP 1000. Très accessible au niveau pilotage, le Polaris Scrambler XP 1000 est un baroudeur d’exception. Un examen méticuleux est indispensable pour déceler d’éventuels soucis au niveau des trains ou de la suspension notamment. Car cette machine est souvent maltraitée par un pilotage viril. Il n’est pas question ici de la déclinaison S, très large, mais bien du XP 1000 classique avec EPS. Il existe toujours au catalogue, proposé avec une homologation L7e. Elle permet non seulement de disposer d’une machine homologuée 2 places pouvant rouler à 90 km/h en toute légalité mais également ce modèle dispose du différentiel arrière. C’est, selon Yanik de JM Racing, l’une de ses qualités majeures.

Peu de problèmes récurrents ont été signalés sur le XP 1000. C’est là l’une des grandes différences avec le XP 850 HO EPS, qui lui avait connu pas mal de problèmes. Cela concernait des problèmes de jeu dans la colonne de direction, au niveau des roulements et des bagues, mais aussi des soucis au niveau du capteur TPS, occasionnant des coupures de gaz, mais aussi des soudures défaillantes au niveau du pot d’échappement. Les commodos, les plastiques, les fixations de rétroviseurs avaient enfin été pointés du doigt par plusieurs concessionnaires. Rien de tel sur le XP 1000 largement fiabilisé. Le millésime 2016 était accompagné d’une belle couleur gris mat agrémenté de quelques touches de rouge. Disposant des amortisseurs Fox Podium X 2.0, il avait été bonifié. La grande nouveauté de cette année-là, c’était l’adoption d’une transmission par variateur EBS et l’aide à la descente ADC, comme on la retrouve sur le Sportsman 1000. Tout a été fait pour offrir un contrôle optimal de la machine. Les utilisateurs en demandent beaucoup à ce type de machine. Le Scrambler est un baroudeur d’exception et la plupart des propriétaires sont exigeants avec la mécanique, parfois à l’excès. Les sauts, les franchissements extrêmes, les virées musclées entre potes, les bourbiers, les zones très accidentées…, rien n’est épargné à ce quad qui semble capable de tout encaisser grâce à une suspension parfaite, une bonne garde au sol et une partie cycle intéressante. De nombreux modèles souffrent, pas d’un manque de fiabilité mais plutôt d’un usage extrême. C’est pour cette raison que Yanik de JM Racing conseille de bien vérifier l’état de la partie cycle au moment de choisir une machine d’occasion. « Il faut contrôler « les trains, les roulements, les bagues, les triangles ». Mais aussi selon lui « les amortisseurs qui nécessitent un entretien », sachant qu’ils peuvent à la longue avoir « l’effet de pompes à vélo ».

Selon ce professionnel, le jeu apparaît le plus souvent à partir de 5 000 à 6 000 kilomètres. « Il peut y avoir du jeu partout si la machine a été martyrisée, notamment au niveau de la direction ». Pour Yanik, le Scrambler mérite que l’on s’arrête sur son cas, sachant qu’il est « docile et facile », mais il n’est clairement pas fait pour aller aux champignons. Le Scrambler XP 1000, c’est en effet un engin démoniaque, efficace avec ses amortisseurs Fox, son moteur bicylindre Prostar de 88 chevaux, sa traction intégrale AWD. A partir du millésime 2016, le train avant a été renforcé pour mieux encaisser les sollicitations. Quelle puissance dans les relances, quelle intensité dans les montées en régime, quelle impression de facilité pour tenir un rythme élevé. Impérial sur pistes roulantes, le Scrambler XP 1000 l’est encore plus quand le terrain devient accidenté. Sa suspension avale tout, sa direction est suffisamment précise, son châssis offre une bonne rigidité, il y a du frein, un son bien rauque… Dommage qu’il soit un peu bruyant au niveau de l’échappement. Les modèles équipés de la grosse gamelle à l’arrière, plus silencieux, ont connu des problèmes au niveau des soudures, sachant en outre qu’il freine les gaz, tout en feutrant le bruit. Un des rares soucis rencontrés par ce Scrambler qui est une invitation à rouler fort en randonnée sportive.

FICHE TECHNIQUE
MOTEUR
Type : bicylindre 4 temps
Cylindrée : 952 cm3
DIRECTION
Assistance : oui
TRANSMISSION
Type : variateur automatique avec gammes courte, longue et marche arrière
Schéma : 2 ou 4 roues motrices + système traction intégrale AWD + système ADC
Finale : cardans
PARTIE CYCLE
Suspensions Av : indépendante + amortisseurs Fox Podium X 2.0
Débattement Av : 229 mm
Suspensions Ar : indépendante + amortisseurs Fox Podium X 2.0, avec barre antiroulis
Débattement Ar : 260 mm
Freins Av : 2 disques hydrauliques
Freins Ar : 2 disques hydrauliques
Pneus Av : 26 x 8 – 14
Pneus Ar : 26 x 10 – 14
DIMENSIONS/POIDS
L x l x h (mm) : 2 090 x 1 230 x 1 230
Empattement : 1 346 mm
Garde au sol : 290 mm
Poids à vide : 348 kilos
Capacité du réservoir : 19,9 litres
Capacité de chargement : 35 kilos
Capacité de traction : nc
ÉQUIPEMENTS    
Direction assistée, jantes alu, amortisseurs Fox, aide à la descente, frein moteur EBS
Prix des pièces (à titre indicatif)
Selle    296 €
Batterie 188 €
Feu arrière 64 €
Plaquettes        45 €
Courroie           140 €
Guidon 119 €
Repose-pieds   378 €
Filtre à air         29 € 
Bras de suspension Av  182 €
Amortisseur avant        757 €
Ensemble radiateur : 933 €
Kit roulements : 151 €
Etrier de frein : 439 €
Article précédentLe Louzero avec Amada approche
Article suivantGrand Jeu Concours Kenny