Essai du Can-Am Maverick Sport Max DPS 1000R

567

Le SSV 4 places est un micro-marché en Europe. Très prisé en revanche Outre-Atlantique, il est parvenu à convertir des amateurs de machines à vocation loisir. Le Can-Am Maverick Sport Max 1000R apparaît comme une excellente option pour celui qui recherche un engin dédié au partage de sensations. Avec la possibilité de partir à quatre à la découverte de nouveaux horizons à bord d’un SSV sport/loisirs qui donne une autre dimension à chaque sortie.

Comme d’autres SSV 4 places présents dans la gamme de constructeurs comme Polaris, Yamaha et Can-Am, le Maverick Sport Max participe à redéfinir le principe de partage. Il permet en effet de multiplier le fun par 4. Connu en version 2 places, le nouveau Maverick Sport se décline en effet en version Max. Dans la version 2022, il avait peu évolué par rapport à la précédente génération, si ce n’est qu’il est désormais disponible en noir. En 2023, il évolue peu, son prix évoluant légèrement. Ce Maverick, qu’il s’agisse du 2 ou 4 places est animé par l’éprouvé bicylindre de 976 cm3 à refroidissement liquide, un moteur Rotax qui développe 95 chevaux. Il est associé avec un système de transmission éprouvé, à savoir une CVT à réponse instantanée (QRS), avec admission d’air à haut débit et système de protection électronique de la courroie. Cette CVT dispose des gammes courte, longue, d’une marche arrière, d’une position neutre et d’un frein de parking.

Ce modèle est doté du système d’accélération intelligent (ITC) et de la possibilité de choisir entre mode de conduite « Eco » et « Sport » sélectionnables depuis le tableau de bord, consultable depuis l’écran 7,6 pouces. A bord, on perçoit tout le savoir-faire du constructeur canadien. Comme souvent avec les produits premium Can-Am, la finition se révèle impeccable, avec des ajustements précis et des matériaux de qualité. À bord, les aspects pratiques ne manquent pas avec siège et volant réglable, une prise type allume-cigares sur la console centrale, des porte-gobelets, un vide-poche et une boîte à gants. De série, ce Maverick Sport Max est doté de jantes aluminium 14 pouces associés avec des pneus Liberty au profil assez plat, d’un éclairage LED à l’avant et l’arrière, d’un bumper avant.

Il dispose d’amortisseurs Showa et non Fox comme par le passé. Les Fox 2.0 Podium de type Piggyback avec réglage de la compression QS3 ont été remplacés par des Showa 2.0. Ils sont associés à l’avant avec des doubles triangles avec barre stabilisatrice et du système TTA avec barre stabilisatrice à l’arrière. La qualité de ce modèle est de disposer de grands débattements, qui sont un allié précieux dans les zones accidentées. Ce modèle exploite aussi l’intégration de l’ABS, qui participe à la fois à la gestion du freinage et de la traction. L’antipatinage permet de s’affranchir de la contrainte légale de limitation de vitesse de 60 km/h, imposée à de nombreux véhicules concurrents. Ce SSV 4 places profite également du différentiel arrière, qui constitue un vrai plus pour rouler sur bitume. Ce qui pourrait faire office de détail, et qui n’en est pas un pour qui roule en tout-terrain, c’est la présence de garde-boues, les bavettes permettant de protéger les occupants contre tout type de projection. 

Prendre le volant du Maverick Sport 1000, c’est toujours l’assurance de passer un bon moment. Qu’il s’agisse du modèle 2 ou 4 places. Encore plus quand on a l’occasion de rouler au domaine de Préfaissal, au Sud de Digne-les-Bains. Il y a tant à faire et à découvrir sur ce site d’exception. Avec un joli mélange de technique, de roulant, de pistes larges, de chemins étroits… Il n’a fallu que quelques minutes pour retrouver nos marques à bord de cet engin au gabarit imposant, essentiellement en longueur. Ce n’est pas tous les jours que l’on roule avec ce modèle 4 places. Il se révèle aussi agréable à piloter que la version 2 places. Etant donné le surplus de poids, il se montre un peu moins vif au niveau des accélérations. Mais c’est quand même un véritable régal d’en exploiter tout le potentiel. Le châssis rallongé implique un comportement un peu moins joueur, mais le Maverick Sport ne rechigne jamais à partir en glisse. Il apparaît en revanche d’une remarquable stabilité. Nous l’avons mis à l’épreuve sur plusieurs tours de piste, là où il semble très à l’aise, en solo mais encore plus avec plusieurs passagers à bord. Il semble alors difficile à prendre en défaut, avec de bons appuis. Attention aux phases de freinage, où l’on perçoit la charge.

Dans les zones très accidentées, il faut également se méfier de l’empattement qui occasionne de fréquents levers de roue. Nous avons été surpris dans une grosse ornière en descente par le basculement du véhicule sur le côté en raison d’un gros transfert de poids assez soudain. Heureusement sans mal, pour le pilote, pour le véhicule et le passager. Bien assis, ces passagers justement profitent à la fois d’un bel espace à bord et d’un bon confort. Cela tient à la qualité des sièges mais aussi et surtout l’excellent travail de la suspension, avec les nouveaux amortisseurs Showa. Ils profitent également d’un bon confort sonore, le moteur étant moins bruyant dans cette configuration 4 places (encore plus avec l’échappement d’origine). Très agréable à conduire en tout terrain, le Maverick Sport 4 places régale également sur les portions bitumées, grâce à l’apport précieux du différentiel arrière. Celui-ci limite les contraintes mécaniques et engendre un comportement plus fluide.

L’ABS parfaitement maîtrisé contribue également à l’efficacité de ce SSV, tant sur les phases de freinage que pour attaquer une zone difficile. Seul l’empattement long de 3 mètres pourra alors constituer un frein. La largeur de 1,58 m constitue de son côté un vrai atout pour aborder la plupart des chemins, seule la longueur de la machine (3,80 m) nécessitant d’être vigilant. Ce modèle  homologué T2 commercialisé à 26 199 € saura satisfaire les pilotes en quête de sensations, tout en favorisant la convivialité. C’est le principal intérêt de cette machine hors norme, qui peut nécessiter d’investir dans une nouvelle remorque, mais qui multiplie le plaisir par quatre et donne aux virées en famille ou entre amis une autre saveur.

Fiche technique
Moteur 
Type : Bicylindre
Cylindrée : 976 cm
Transmission
Type : CVT QRS-T, gammes longue et courte + marche arrière 
Schéma : 4×2 / 4×4 + ABS + différentiel arrière verrouillable 
Finale : Cardans 
Direction
Assistance : Oui (3 modes) 
Partie cycle
Suspension Av : Indépendante + amortisseurs Showa 2.0 
Débattement Av : 292 mm
Suspension Ar : Indépendante + amortisseurs Showa 2.0    
Débattement Ar : 305 mm 
Frein Av : 2 disques hydrauliques  
Frein Ar : 2 disques hydrauliques
Pneus Av : 28 x 10 -14
Pneus Ar : 28 x 10 -14 
Dimensions/poids
L x l x h (mm) : 3 784 x 1 578 x 1 935 
Empattement : 3 063 mm
Garde au sol : 305 mm
Poids : 770 kilos 
Capacité du réservoir : 38 litres
Capacité de chargement : 136 kilos
Capacité de traction : 680 kilos 
Equipements
Pare-chocs, feux arrière LED, demi-portes arrière, filets portes avant, kit de garde-boue, bavettes, plaques de protection intégrales, volant et sièges réglables. 
Renseignements
Prix Can-Am Maverick Sport Max DPS 1000R T : 26 199 € 
Homologation : T2b (+ 60km/h)
Coloris : noir 
Contact : https://can-am.brp.com/off-road/fr/fr/modeles/ssv/maverick-sport.html#max-dps-1000r-t
Article précédentRetour en images sur la Quadrézienne 2022
Article suivantYoutube : Exclusif ! Premier essai du quad TGB Blade 1000 LTX ABS