Pratique : le freinage

804

Autant l’accélération ne demande pas d’apprentissage particulier (si ce n’est dans les parties techniques), autant le freinage nécessite une certaine technique, qui peut se peaufiner avec le temps, mais de bonnes bases sont indispensables pour rouler en toute sécurité. Sans maîtrise, la puissance n’est rien. En quad comme dans les autres spécialités mécaniques, le freinage est un composante de la performance et de la sécurité. Sur un quad homologué, la législation oblige que le freinage soit couplé sur les quatre roues. C’est-à-dire qu’il agisse de manière simultanée sur les roues avant et arrière. Cela n’empêche en rien de disposer en parallèle d’une séparation du freinage entre l’avant et l’arrière, celui si sera alors commandé par deux poignées situées au guidon. C’est le cas des quads sportifs, pour lesquels il est essentiel de disposer d’un freinage séparé. Dans cette configuration, la poignée droite agit sur les roues avant et la gauche pour celles arrière. Sur la plupart des modèles homologués, le système de centralisation est attribué à la pédale placée au pied droit, mais également au levier, que l’on trouve à gauche, mais dans certains cas à droite, comme c’est le cas sur les motos par exemple. C’est le cas des CFMOTO CFORCE 1000. Maintenant que l’on sait sur quoi agit chacune de ces commandes, voyons comment les utiliser. Dans le cas d’un freinage utilisant la commande centralisée, la technique est assez simple. Il convient cependant de connaître la réaction de votre quad, car la répartition de la puissance de freinage entre les roues avant et arrière influe sur le comportement de votre machine. Pour mesurer cette répartition, il faut faire des tests en freinant fermement sur un sol offrant un haut pouvoir d’adhérence. Si votre quad plonge, le freinage est accentuée sur les roues avant et inversement s’il à tendance à s’écraser sur l’arrière. Son efficacité sera tributaire de nombreux facteurs, à commencer par l’adhérence des pneus. Il est bien évident que la distance d’arrêt sera plus courte sur un sol dur et sec, que sur une couche de boue de 5 centimètres.

Mais avant de prendre en compte les critères extérieurs, intéressons nous à la manière d’utiliser les freins. Normalement, le quad freine toujours plus fort sur l’avant. De ce fait, il faut toujours placer le poids du corps sur l’arrière du quad pour compenser le transfert de masse qui s’effectue vers l’avant. Cette position permettra aux roues arrière de bien rester en contact avec le sol et donc de garantir une capacité de freinage optimale. Il faut toujours, autant que possible, freiner en ligne droite et lâcher les freins avant d’aborder la courbe, ce qui sous entend de bien connaître les capacités de freinage de votre machine pour ne pas se faire surprendre par la vitesse. C’est donc avec le temps que l’on apprend à connaître les réactions de sa machine. Le poids joue un rôle important dans son efficacité. Il faut également avoir à l’esprit que la distance de freinage sera allongée si le sol est humide ou pire, boueux. Il faut également doser précisément la pression de freinage pour ne pas bloquer les roues. C’est le cas aussi sur la neige, et c’est encore pire sur la glace. Un blocage de roues engendre une prise de vitesse par un effet « luge » et une perte totale du pouvoir directionnel de votre quad si ce sont les roues avant qui sont bloquées. En cas de blocage, il est impératif de relâcher brièvement la pression sur la pédale de frein pour faire reprendre de l’adhérence aux roues. Si le système de freinage au pied se montre globalement efficace, il est assez difficile de le doser précisément par manque de sensibilité, ce qui entraîne de fréquents blocages de roues.

Dans le cas d’un quad disposant d’un freinage séparé, comme c’est le cas par exemple d’un TGB Blade 1000 LTX EPS avec frein avant/arrière et freinage centralisé au pied. L’utilisation des deux poignées situées au guidon, offre un bien meilleur feeling et permet d’envisager les phases de freinage de manière plus dynamique. Si le principe de freinage reste identique avec les deux poignées, il est préférable d’accentuer la pression sur les roues avant et d’utiliser le frein arrière pour stabiliser le quad. C’est ce que l’on ressent sur un quad sportif. Dans le cas d’un freinage pour aborder une courbe, la position du corps sur l’arrière est toujours de mise, mais avec un peu de pratique, on peut faciliter la prise du virage en se servant du frein arrière. Après avoir ralenti le quad en ligne droite en se servant des freins avant et arrière, lâchez la pression sur l’avant en accentuant celle sur l’arrière jusqu’au point de provoquer le blocage des roues. Avec la vitesse, ce blocage va avoir pour effet de bloquer les roues et de faire glisser l’arrière du quad en l’inscrivant ainsi dans la courbe. Le quad utilisera alors le train avant comme un point de pivot. Bien entendu, à ce moment précis, il faudra déplacer le poids de votre corps vers l’intérieur du virage pour éviter que le quad ne se retrouve sur deux roues et contrôler la glisse au moyen de la gâchette d’accélérateur. Avec de la pratique, cette technique permet d’obtenir des passages beaucoup plus rapides en courbe. L’utilisation du système de freinage séparé est également très utile sur les descentes et montées. Dans le cas d’une descente, utiliser de préférence les freins arrière pour stabiliser le quad et empêcher les roues avant de se bloquer et de faire partir le quad en tonneau. A l’inverse, si vous vous retrouvez bloqué dans une montée, privilégiez les freins avant, ce qui évitera à votre quad de se cabrer. 

L’exception Can-Am… et Kymco. La gamme Can-Am (https://can-am.brp.com/off-road/fr/fr/monde-can-am/adn/vtt-abs.html) et plus récemment sur le Kymco MXU 700 EPS (https://www.kymco.fr/fr/quads/2498-mxu-700i-abs-eps-t3b), disposent de l’ABS.  Lorsque vous freinez, le système ABS ajuste instantanément la pression de freinage en utilisant les données des capteurs de vitesse de roue ce qui évite le blocage et un dérapage incontrôlé de vos roues  – y compris sur surfaces glissantes . Cela améliore également la stabilité quand vous relâchez l’accélérateur. Une nouvelle expérience, qui enlève un peu de fun pour certains utilisateurs amateurs de sensations fortes, mais qui apporte un sentiment de sécurité hors norme.

Article précédentUn coffre offert pour l’achat d’un Snarler
Article suivantOccasion CFMOTO CFORCE 450