Le Yamaha RMax force 4

896

Sur le Raid Bleu, les SSV ont pris le pouvoir. C’était la première sortie du RMax 4 1000 SE, évolution de la version 2 places et du Wolverine. Il propose une polyvalence remarquable, pour randonner ou travailler, avec la possibilité d’embarquer 3 passagers. Une aventure, cela se partage. A deux, c’est bien, mais à quatre c’est encore mieux. Surtout quand le véhicule est parfaitement maîtrisé, comme c’est le cas du RMax 4 proposé au catalogue Yamaha. Cette version SE, nous avons pu la tester en compagnie de Grégory Lassaigne, ancien pilote de la marque au diapason et désormais concessionnaire du côté de Troyes. Le RMax 1000 est animé par un bicylindre 1 000 cc associé avec un variateur Ultramatic. Le RMax dans la version SE, qu’il s’agisse du 2 ou 4 places, dispose d’un mode de gestion du moteur offrant 3 programmes. Le système « D-Mode », permettant de choisir entre Trail, Sport et Crawl. Ces trois modes permettent d’agir sur plusieurs éléments, à savoir la puissance du moteur, la réponse à l’accélération…

Du côté de la transmission, on retrouve le variateur Ultramatic avec frein moteur cher au constructeur japonais, offrant les gammes longue et courte. Le sélecteur se révèle d’une extrême douceur et le verrouillage des vitesses est parfait. Le RMax reçoit le renfort d’une transmission 4×2 / 4×4 avec blocage de différentiel avant, pour une polyvalence maximale. Le format du RMax 4 places reste compact avec 3,25 m de long, 1,67m de large et 2,1m de haut. Le 4 places reprend en fait le châssis du 2 places, mais il ne dispose plus de benne, les deux sièges passagers y prenant place. Sur notre modèle, avait été installé un astucieux coffre de rangement, issu du catalogue Yamaha. De quoi embarquer le nécessaire, voire davantage pour une journée de randonnée.

Côté suspension, ce SSV repose sur 4 roues indépendantes, avec de grands débattements de roues, soit 36 cm à l’avant et 43 cm pour l’arrière, tandis que la garde au sol est de 34 cm. Pour améliorer l’expérience de la machine, ce SSV est équipé d’amortisseurs Fox QS3 réglages. Des paramètres faciles à utiliser et qui nous ont été précieux selon que nous roulions plus ou moins vite, sur des terrains plus ou moins cassants. Une fois encore, cette production Yamaha nous a surpris par la qualité de finition à bord. Point de place à l’improvision, chaque ajustement est précis, chaque matériau respire la solidité et semble pouvoir résister dans le temps. C’est le cas également du kit stickers installé sur notre modèle vert, qui a pourtant été malmené par les éléments naturels, qu’il s’agisse des branches, des rochers affleurant ou des talus. Au niveau équipements, le RMax est plutôt bien loti avec intégration de jantes alu 14 pouces associées avec des pneus Maxxis 30 pouces, des portes, des sièges réglables, une décoration spécifique, un attelage, un treuil Warn et des feux LED. La capacité de traction sur ce modèle est portée à 907 kilos, de quoi rendre de nombreux services. Tout a été bien fini et l’on sent tout le savoir-faire du constructeur nippon à bord de cette machine, qui n’a rien d’une « machine de guerre », comme on l’entend de plus en plus à propos des Maverick X3 ou Polaris RZR Turbo S. Le RMax fait davantage penser à un 4×4 dépouillé, capable de vous accompagner pour un safari. Point de safari du côté du Beaujolais, mais plutôt un raid tout ce qu’il y a de plus typique de la région, avec des chemins cassants, de la technique, du rocher, de la terre, plus ou moins grasse, de la poussière, des dévers, de grosses montées, des descentes bien raides. Tout un ensemble d’éléments capables de mettre à l’épreuve de RMax que l’on avait vraiment envie de voir à l’œuvre.

Le RMax 4 places n’a laissé personne indifférent lors du Raid Bleu. Surtout quand nous sommes partis avec 3 passagers à bord. Les conducteurs de 4×4 ont alors perçu l’intérêt de cette machine dans sa capacité à transporter du monde et certains pilotes de SSV ont reconnu que pouvoir partager l’expérience à 3 voire 4 était intéressant. « Tu vois, c’est ce qu’il nous faut pour l’année prochaine, s’est exclamé une copilote. Comme cela, on pourra emmener les enfants avec nous ». Le message était passé. Son mari a souri, conscient qu’il devait profiter de son RZR Trail S 1000 avant de passer à ce modèle. Car il faut reconnaître que ce RMax 4 places nous a carrément bluffés. Non pas par son look mais par sa polyvalence et ses performances. C’est Grégory Lassaigne, ancien pilote Yamaha et aujourd’hui concessionnaire et préparateur pour la marque japonaise qui était aux commandes la majeure partie du temps. Mais nous avons pu profiter d’une belle escapade sur les chemins du Beaujolais. Il n’y a parfois pas besoin de faire 1 000 kilomètres pour se rendre compte qu’un engin est ou n’est pas bien né. En ce qui concerne le RMax 4, la question ne se pose même pas, il est à l’image de la plupart des machines sorties des usines Yamaha. A savoir qu’il est parfaitement maîtrisé. Son bicylindre 1 000 cm3 n’est sans doute pas le plus expressif du marché, mais il distille de superbes relances et permet de tenir une belle cadence. Après avoir essayé les 3 modes, le « Sport » apparaît le plus adapté à notre style de conduite, permettant d’exploiter au mieux les qualités de ce moteur coupleux et particulièrement démonstratif. Forcément plus quand on roule à 4, le poids de 2 occupants supplémentaires se faisant ressentir, surtout quand ils ont le gabarit de piliers de rugby.

A bord, l’espace ne manque pas au niveau des jambes, même pour les grands gabarits. C’est simplement la hauteur qui occasionne de légers frottements avec les branches basses. Sa suspension tient parfaitement le choc, pour filtrer de petites irrégularités mais aussi et surtout pour encaisser les gros trous et les bosses, qui ne manquent pas sur un parcours comme celui du Raid Bleu. Les sauts ne sont pas forcément sa spécialité, mais il est capable de réaliser quelques jolis passages. Tout juste faut-il garder à l’esprit que les passagers seront alors plus ou moins bousculés ! La position de conduite se révèle vraiment intéressante, dans la mesure où elle est assez haute. La première impression est de se dire que c’est pénalisant par rapport à des SSV qui vous plaquent au sol. Mais le centre de gravité sur le RMax est placé assez bas, ce qui permet d’avoir une machine bien équilibrée, dont le comportement est prévisible et surtout sain. La caisse bouge un peu mais c’est juste une question d’habitude. Surtout on profite d’une assise haute qui permet d’avoir un champ de vision idéal pour les zones de franchissement. A un petit détail près… La présence du bumper avant rétrécie un peu le faisceau d’éclairage, de sorte que l’on ne voit pas forcément pas très bien sur les côtés quand on roule de nuit. Mais cela n’altère pas le plaisir de pilotage, d’autant qu’une rampe de LED permet de palier ce problème. Au final, ce RMax 4 places nous a conquis, davantage par son efficacité que par son esthétique, il faut bien l’avouer. Mais il apparaît parfaitement taillé pour des randonnées longue distance. Son confort, ses qualités dynamiques et ses performances n’ont pas à rougir par rapport à la concurrence. Il y a d’ailleurs peu de modèles qui puissent rivaliser avec lui, si ce n’est les Can-Am Maverick Sport Max ou Polaris General 4 places. Alors certes il est cher, mais il apporte une vision plus large de l’aventure tout terrain. 

L’avis de Grégory Lassaigne, ancien pilote officiel Yamaha, aujourd’hui concessionnaire et préparateur (https://yamaha.pilote-preparation.fr) :
« Le RMax, c’est un modèle vraiment sympa. Je le trouve confortable, à l’aise en franchissement, bien amorti. La possibilité de régler sur les amortisseurs en souple, intermédiaire et plus dur est facile à utiliser et très efficace. Moi qui adore le pilotage sportif, on aimerait un peu plus de puissance. Mais les 120 chevaux suffisent la plupart du temps pour randonner. Il y a peu de SSV qui puissent rivaliser en fait avec lui. La position de conduite est parfaite, la hauteur permettant d’avoir une bonne vision en franchissement, vers les roues. Sa garde au sol est excellente et permet d’aborder les zones techniques sans problème. Le look n’est pas celui du YXZ1000R, mais il est intéressant à piloter. Les petits défauts que je trouve, c’est qu’il est haut. Certains clients m’ont dit qu’il ne rentre pas dans leur garage. Un autre souci, c’est le bumper qui pénalise le faisceau d’éclairage au niveau de la largeur. C’est bien peu par rapport au plaisir procuré par cette machine, en solo, avec un ou plusieurs passagers. Surtout, il est apprécié pour sa fiabilité, le fait qu’il ne fasse pas de bruit, qu’il soit sécurisant. On ne passe pour un sauvage avec une telle machine. Alors qu’elle est coupleuse et permet de partager une sortie avec des amis ou en famille. Les options intéressantes à mon avis sur le RMax 4, c’est le petit coffre de 105 litres Yamaha (409 €), le demi pare-brise, et le bumper. Pour les baroudeurs, le pare-brise verre avec essuie-glace pour l’hiver ou la cabine complète peuvent être pas mal. J’ai reçu plusieurs commandes de nouveaux propriétaires de SSV, qui avaient un pick-up ou des utilisateurs en quête d’une machine assez puissante, mais surtout fiable et avec laquelle ils ne vont pas connaître de problèmes récurrents au niveau des roulements, de la courroie ou des cardans, avec du jeu partout au bout de 1 500 kilomètres. »

 

FICHE TECHNIQUE
Type moteur : bicylindre 4 temps
Cylindrée : 999 cm3
Type transmission : Variateur Ultramatic avec gammes courte, longue, marche arrière et frein de parking
Schéma : 2 ou 4 roues motrices + blocage de différentiel du pont avant
Finale : cardans
Direction assistée : oui
Partie cycle
Suspension Av : Indépendante + amortisseurs Fox QS3
Débattement Av : 361 mm
Suspension Ar : Indépendante + amortisseurs Fox QS3
Débattement Ar :  437 mm
Freins Av : 2 disques hydrauliques
Freins Ar : 2 disques hydrauliques
Pneus Av : 30 x 9 – 14 Maxxis Carnage
Pneus Ar : 30 x 11 – 14 Maxxis Carnage
Dimensions/Poids
L x l x h (mm) : 3 255 x 1 677 x 2 110
Empattement : 2 290 mm
Garde au sol : 340 mm
Poids : 930 kilos
Capacité du réservoir : 35 litres
Capacité de la benne : 272 kilos
Capacité de traction : 907 kilos
Equipements : direction assistée, portes, mode de conduite, jantes alu, treuil Warn, attelage
Renseignements
Prix Yamaha Wolverine RMax 4 1000 SE : 29 999 €
Homologation : T1 (27 999 € non homologué)
Coloris : Vert/bronze/noir
Contact : www.yamaha-motor.eu
Article précédentDes offres sur le CFMOTO CFORCE 625
Article suivant3 ans de garantie pour le Segway Snarler