Dakar : Yamaha abandonne la moto, mais persiste en quad et SSV

867

C’est une page de l’histoire qui se tourne pour le constructeur japonais sur le Dakar. Yamaha ne sera plus présent avec un team officiel pour la moto. Eric de Seynes, PDG de Yamaha Motor France a dû se résoudre à cette décision. Il a en revanche assuré que Yamaha restait présent avec ambition en catégories quads, SSV et Prototypes légers T3 et qu’il entend « allouer nos budgets en faveur de nouveaux programmes qui nous permettront de mieux associer nos clients Ténéré et SSV à nos programmes ». L’ambition est donc de soutenir plus que jamais le YXZ1000R et « le futur SSV T3/T4 que nous développons depuis 18 mois ». Camelia Liparoti, qui a réussi une superbe course cette année au volant d’un YXZ1000R va donc poursuivre le développement de cette machine. De son côté, Alexandre Giroud, vainqueur en quad cette année au guidon d’un Raptor 700, devrait pouvoir tenter de conserver son titre sur le Dakar 2023. 

L’autre axe de développement en matière de rallye, c’est la promotion de « l’esprit du Marathon Ténéré », qui est, selon Eric de Seynes, « bien vivant et devrait exister à nouveau dans les années futures, en partenariat avec plusieurs organisateurs de Rallyes et de Bajas de notoriété. D’ici quelques mois l’ensemble du programme pourra être révélé et j’espère qu’il vous enthousiasmera ». On ne verra plus en revanche de YZF450 officielle. A cela plusieurs raisons : des moyens financiers limités face aux armadas concurrentes, une moto qui est « une vraie machine de cross, faite pour remporter des manches de 40 minutes et pas pour tenir une course de plus de 8 000 kilomètres dont 5 000 kilomètres à fond ».

Camelia Liparoti va poursuivre le développement du YXZ1000R, le SSV Yamaha étant au début de son aventure.

Malgré de nombreuses évolutions, l’équipe de développement a dû se rendre à l’évidence, à savoir qu’elle était « au bout du développement possible de cette machine ». Et Eric de Seynes d’expliquer : « Depuis deux ans, nous avons compris que pour passer une marche en terme de compétitivité, il nous fallait une moto, et surtout un moteur adapté à la discipline. Mais cela est impossible sans l’intervention du Japon, et cela ne pouvait être dans leurs plans car le marché du rallye raid touche peu les autres régions du monde, en dehors de l’Europe ». Autre facteur qui a motivé cette décision, le fait qu’il « nous semblait important qu’après son départ de l’Amérique du Sud, le Dakar élargisse le terrain de jeu à d’autres pays du Moyen-Orient et ne reste pas cloisonné à la seule Arabie-Saoudite. Malheureusement, après trois éditions, cela n’est toujours pas le cas et c’est bien dommage ». Yamaha restera acteur dans le domaine de l’aventure, mais de manière différente, avec les « Ténéré Rally et World raid éditions ».

Crédit photos : J. Delfosse et F. Le Floc’h

Lien : https://www.facebook.com/CEO.YamahaMotorEurope/posts/1509911712743111

Article précédentSegway : le catalogue d’accessoires s’étoffe
Article suivantKymco MXU 700i ABS : le cran au-dessus